aller à la navigation

TEST EMPIRIQUE DE L’INDÉPENDANCE D’UNE BANQUE CENTRALE : CAS DE LA BEAC (Première Partie) mai 4 2016

Infos : , rétrolien

 

           L’indépendance est un critère primordial pour la crédibilité d’un banquier central. Elle constitue l’élément central de l’orthodoxie en matière de gouvernance d’une banque centrale.

Pour procéder à la mesure de l’indépendance de notre banque centrale, nous envisageons de recourir aux indicateurs d’indépendance des banques centrales fournies par Grilli, Masciandaro et Tabellini (1991)et Cukierman, Webb et Neyapti (1992).

Ces mesures agrègent différents aspects de l’indépendance légale avec une pondération largement arbitraire. Ils ne contiennent aucune information sur l’indépendance informelle.

Cependant, une variante de l’indicateur de Cukierman, Webb et Neyapti portant sur les variables du questionnaire de Cukierman, Miller et Neyapti (1992)fournissent des Indices relatifs à la mesure del’indépendance réelle des banques centrales.

 

Mesure de l’indépendance légale de la BEAC

 

Pour nous forger une idée de l’indépendance de la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC), Nous avons opté pour deux indicateurs principaux ; celui de Vittorio Grilli, Donato Masciandaro, et Guido Tabellini (1991)  appelé l’indicateur GMT et l’indice de Cuckierman, S. Webb et Neyapti (1992).

Caractéristiques de l’indice GMT(Grilli, Masciandro et Tabellini)(1992)

 

En effet l’indice GMT est composé de deux sous-index, l’indépendance politique et l’indépendance économique de la banque centrale.

Chacun de ces sous-index est évalué selon un système binaire sous lequel le chiffre 1 est assigné ou non. L’index global est obtenu par une simple addition des scores obtenus pour l’indépendance politique et l’indépendance économique.

Le concept d’indépendance politique ici comprend trois éléments couvrant les procédures de nomination des dirigeants de la banque centrale, les relations entre le conseil de direction de la banque centrale et le gouvernement, et enfin les responsabilités officielles assignées à la banque centrale.

L’indépendance économique quant à elle renvoie principalement à l’indépendance financière et même budgétaire.

Caractéristiques de l’indice de Cuckierman, Webb et Neyapti(CWN ) (1992)

 

L’indice de Cuckierman, Webb et Neyapti quant à lui comprend seize sous-index qui permettent de mesurer l’indépendance légale de la banque centrale.  A chacun de ces sous-index est assigné un index appelé codage numérique et allant de 0 à 1.

Le codage numérique est ensuite multiplié par le coefficient de pondération relatif à l’index correspondant. Les valeurs pondérées sont ensuite cumulées pour obtenir l’indice proprement dit qui sera sujet à interprétation et déterminera le degré d’indépendance légale de la banque centrale étudiée.

Autrement dit, l’indice de Cuckierman tend à être plus précis que l’indice GMT bien que son usage s’avère un peu plus complexe.

Tableau 1 : les variables de l’indépendance légale selon Cukierman, Webb et Neyapti

( Indices relatifs au cadre légal de l’indépendance : codification de la législation)

 

Codage numérique

pondération

Description de la variable

N°de la variable

1.00

0.75

0.50

0.25

0.00

1.00

0.75

0.50

0.25

0.00

1.00

0.83

0.67

0.50

0.33

0.17

0.00

1.00

0.50

0.00

0.2

1-Le dirigeant de la banque centrale

a-      la durée du mandat

- plus de 8 ans

- entre 6 et 8 ans

- 5 ans

- 4 ans

- Moins de 4 ans ou à la discrétion de l’autorité de nomination

b-      qui désigne le dirigeant de la banque centrale ?

- Le conseil de la banque centrale

- Un comité rassemblant le conseil de la banque centrale, l’autorité exécutive etl’autorité législative

- Le législatif

- L’exécutif de manière collective

- Un ou deux membres du pouvoir exécutif

c-      la révocation

- à aucune provision pour la révocation

- uniquement pour des raisons non liés à la politique menée

-à la discrétion du conseil de la banque centrale

- à la discrétion du pouvoir législatif

- la révocation inconditionnelle est possible pour le législatif

- à la discrétion de l’exécutif

- la révocation inconditionnelle est possible pour l’exécutif

d-      le dirigeant de la banque centrale peut-il avoir d’autres fonctions au gouvernement ?

- non

- uniquement avec la permission de l’exécutif

- aucune règle n’existe en la matière

1

1.00

0.67

0.33

0.00

1.00

0.80

0.60

0.40

0.20

0.00

1.00

0.00

2- La formulation de la politique monétaire

a-      qui formule la politique monétaire ?

- la banque centrale seule

- la banque participe, mais a une influence faible

-la banque conseille le gouvernement uniquement

- la banque n’a aucun mot à dire

b-       à qui appartient la décision finale dans la résolution d’un conflit ?

- la banque, sur les questions clairement définies dans la loi comme ses objectifs

- le gouvernement, sur les questions non définies dans la loi comme des objectifs de la banque ou en cas de conflit interne à l’institution monétaire

- un conseil regroupant la banque centrale, l’exécutif et le législatif

- le législatif sur les questions de politiques économique

-l’exécutif sur les questions de politique économique, mais en suivant une démarche précise et avec une possibilité de recours pour la banque

- l’exécutif a la priorité de façon inconditionnelle

c-      le rôle de la banque centrale dans le processus budgétaire

- La banque a un rôle actif

-La banque n’a aucune influence

2

1.00

0.80

0.60

0.40

0.20

0.00

0.15

3- Les objectifs

 

- La stabilité des prix est l’objectif prioritaire ou unique du statut et la banque détient la décision finale en cas de conflit avec les autres objectifs gouvernementaux

- La stabilité des prix est l’objectif unique

-La stabilité des prix fait partie d’un ensemble d’objectifs compatibles les uns avec les autres

-La stabilité des prix fait partie d’un ensemble d’objectifs potentiellement conflictuels

-Aucun objectif n’est spécifié dans le statut

 -Les objectifs spécifiques n’incluent pas la stabilité des prix

3

Source:A.Cukierman, S.Webb&B.Neyapti «Measuring the independence of central banks and its effect on policy outcomes». The world bank economic review, vol 6 no 3 (1992)

 

Mesure de l’indépendanceréelle

 

Caractéristiques de l’indice de Cukierman, Miller et Neyapti(CMN) (1992)

 

Il s’agit d’un indice relatif à l’indépendance réelle déterminé après une codification des questionnaires et des entretiens avec les banquiers centraux. Il comprend 7 index et 4 sous-index. A chacun de ces index et sous-index est assigné un autre index dont la valeur varie de 0 à 1.

La procédure de détermination par pondération de l’indice final est la même que celle relative à l’indice d’indépendance légale CWN.

Cet indice semble plus précis et plus pertinent que les indices de mesure de l’indépendance d’une banque centrale

Cet indicateur est basé sur l’hypothèse selon laquelle un changement plus fréquent des gouverneurs des banques centrales signifie une plus faible indépendance des banques centrales.

En effet, un mandat long ne signifie pas systématiquement d’avantage d’indépendance, mais des durées d’exercice qui sont plus courtes que le cycle électoral pourrait signifier une indépendance plus faible.

Tableau  2 :  Les variables de l’indépendance réelle selon Cukierman, Miller et Neyapti

(Indices relatifs à l’indépendance réelle : codification des questionnaires et des entretiens avec les banquiers centraux (Turnover))

 

N°de la variable

Description de la variable

Pondération

Codification numérique

 

Source:A.Cukierman, S.Webb&B.Neyapti «Measuring the independence of central banks and its effect on policy outcomes». The world bankeconomicreview, vol 6 no 3 (1992)

 

 

 

 

  TEST EMPIRIQUESD’INDEPENDANCE DES BANQUES CENTRALES

 

L’indépendance est un critère primordial pour la crédibilité d’un banquier central. Elle constitue l’élément central de l’orthodoxie en matière de gouvernance d’une banque centrale.

Pour procéder à la mesure de l’indépendance de notre banque centrale, nous envisageons de recourir aux indicateurs d’indépendance des banques centrales fournies par Grilli, Masciandaro et Tabellini (1991)et Cukierman, Webb et Neyapti (1992).

Ces mesures agrègent différents aspects de l’indépendance légale avec une pondération largement arbitraire. Ils ne contiennent aucune information sur l’indépendance informelle.

Cependant, une variante de l’indicateur de Cukierman, Webb et Neyapti portant sur les variables du questionnaire de Cukierman, Miller et Neyapti (1992)fournissent des Indices relatifs à la mesure del’indépendance réelle des banques centrales.

 

Mesure de l’indépendance légale de la BEAC

 

Pour nous forger une idée de l’indépendance de la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC), Nous avons opté pour deux indicateurs principaux ; celui de Vittorio Grilli, Donato Masciandaro, et Guido Tabellini (1991)  appelé l’indicateur GMT et l’indice de Cuckierman, S. Webb et Neyapti (1992).

Caractéristiques de l’indice GMT(Grilli, Masciandro et Tabellini)(1992)

 

En effet l’indice GMT est composé de deux sous-index, l’indépendance politique et l’indépendance économique de la banque centrale.

Chacun de ces sous-index est évalué selon un système binaire sous lequel le chiffre 1 est assigné ou non. L’index global est obtenu par une simple addition des scores obtenus pour l’indépendance politique et l’indépendance économique.

Le concept d’indépendance politique ici comprend trois éléments couvrant les procédures de nomination des dirigeants de la banque centrale, les relations entre le conseil de direction de la banque centrale et le gouvernement, et enfin les responsabilités officielles assignées à la banque centrale.

L’indépendance économique quant à elle renvoie principalement à l’indépendance financière et même budgétaire.

 

Caractéristiques de l’indice de Cuckierman, Webb et Neyapti(CWN ) (1992)

 

L’indice de Cuckierman, Webb et Neyapti quant à lui comprend seize sous-index qui permettent de mesurer l’indépendance légale de la banque centrale.  A chacun de ces sous-index est assigné un index appelé codage numérique et allant de 0 à 1.

Le codage numérique est ensuite multiplié par le coefficient de pondération relatif à l’index correspondant. Les valeurs pondérées sont ensuite cumulées pour obtenir l’indice proprement dit qui sera sujet à interprétation et déterminera le degré d’indépendance légale de la banque centrale étudiée.

Autrement dit, l’indice de Cuckierman tend à être plus précis que l’indice GMT bien que son usage s’avère un peu plus complexe.

Tableau 1 : les variables de l’indépendance légale selon Cukierman, Webb et Neyapti

( Indices relatifs au cadre légal de l’indépendance : codification de la législation)

 

Codage numérique

pondération

Description de la variable

N°de la variable

1.00

0.75

0.50

0.25

0.00

1.00

0.75

0.50

0.25

0.00

1.00

0.83

0.67

0.50

0.33

0.17

0.00

1.00

0.50

0.00

0.2

1-Le dirigeant de la banque centrale

a-      la durée du mandat

- plus de 8 ans

- entre 6 et 8 ans

- 5 ans

- 4 ans

- Moins de 4 ans ou à la discrétion de l’autorité de nomination

b-      qui désigne le dirigeant de la banque centrale ?

- Le conseil de la banque centrale

- Un comité rassemblant le conseil de la banque centrale, l’autorité exécutive etl’autorité législative

- Le législatif

- L’exécutif de manière collective

- Un ou deux membres du pouvoir exécutif

c-      la révocation

- à aucune provision pour la révocation

- uniquement pour des raisons non liés à la politique menée

-à la discrétion du conseil de la banque centrale

- à la discrétion du pouvoir législatif

- la révocation inconditionnelle est possible pour le législatif

- à la discrétion de l’exécutif

- la révocation inconditionnelle est possible pour l’exécutif

d-      le dirigeant de la banque centrale peut-il avoir d’autres fonctions au gouvernement ?

- non

- uniquement avec la permission de l’exécutif

- aucune règle n’existe en la matière

1

1.00

0.67

0.33

0.00

1.00

0.80

0.60

0.40

0.20

0.00

1.00

0.00

2- La formulation de la politique monétaire

a-      qui formule la politique monétaire ?

- la banque centrale seule

- la banque participe, mais a une influence faible

-la banque conseille le gouvernement uniquement

- la banque n’a aucun mot à dire

b-       à qui appartient la décision finale dans la résolution d’un conflit ?

- la banque, sur les questions clairement définies dans la loi comme ses objectifs

- le gouvernement, sur les questions non définies dans la loi comme des objectifs de la banque ou en cas de conflit interne à l’institution monétaire

- un conseil regroupant la banque centrale, l’exécutif et le législatif

- le législatif sur les questions de politiques économique

-l’exécutif sur les questions de politique économique, mais en suivant une démarche précise et avec une possibilité de recours pour la banque

- l’exécutif a la priorité de façon inconditionnelle

c-      le rôle de la banque centrale dans le processus budgétaire

- La banque a un rôle actif

-La banque n’a aucune influence

2

1.00

0.80

0.60

0.40

0.20

0.00

0.15

3- Les objectifs

 

- La stabilité des prix est l’objectif prioritaire ou unique du statut et la banque détient la décision finale en cas de conflit avec les autres objectifs gouvernementaux

- La stabilité des prix est l’objectif unique

-La stabilité des prix fait partie d’un ensemble d’objectifs compatibles les uns avec les autres

-La stabilité des prix fait partie d’un ensemble d’objectifs potentiellement conflictuels

-Aucun objectif n’est spécifié dans le statut

 -Les objectifs spécifiques n’incluent pas la stabilité des prix

3

Source:A.Cukierman, S.Webb&B.Neyapti «Measuring the independence of central banks and its effect on policy outcomes». The world bank economic review, vol 6 no 3 (1992)

 

Mesure de l’indépendanceréelle

 

Caractéristiques de l’indice de Cukierman, Miller et Neyapti(CMN) (1992)

 

Il s’agit d’un indice relatif à l’indépendance réelle déterminé après une codification des questionnaires et des entretiens avec les banquiers centraux. Il comprend 7 index et 4 sous-index. A chacun de ces index et sous-index est assigné un autre index dont la valeur varie de 0 à 1.

La procédure de détermination par pondération de l’indice final est la même que celle relative à l’indice d’indépendance légale CWN.

Cet indice semble plus précis et plus pertinent que les indices de mesure de l’indépendance d’une banque centrale

Cet indicateur est basé sur l’hypothèse selon laquelle un changement plus fréquent des gouverneurs des banques centrales signifie une plus faible indépendance des banques centrales.

En effet, un mandat long ne signifie pas systématiquement d’avantage d’indépendance, mais des durées d’exercice qui sont plus courtes que le cycle électoral pourrait signifier une indépendance plus faible.

Tableau  2 :  Les variables de l’indépendance réelle selon Cukierman, Miller et Neyapti

(Indices relatifs à l’indépendance réelle : codification des questionnaires et des entretiens avec les banquiers centraux (Turnover))

 

N°de la variable

Description de la variable

Pondération

Codification numérique

 

Source:A.Cukierman, S.Webb&B.Neyapti «Measuring the independence of central banks and its effect on policy outcomes». The world bankeconomicreview, vol 6 no 3 (1992)

Dans un prochain article ” Test d’indépendance de la banque centrale : cas de la BEAC (Deuxième partie)”, nous procéderons à l’évaluation proprement dite du degré d’indépendance de notre banque centrale communautaire en nous basant essentiellement sur ses statuts et sur nos investigations.

En attendant, que pensez vous de la pertinence des indicateurs retenus pour cette étude ?

Oscar Thierry Ulrick Nyemb;

Master II en Relations Internationales (RIC)

Option Banque-Monnaie-Finance Internationales (BMFI)

IRIC.

 


Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 17 articles | blog Gratuit | Abus?